Textes et illustrations
Patrick Commecy
Site conçu et réalisé par
WaterMill

L'Auteur

Je suis né le 26 juillet 1956, en Seine Maritime, d’un père douanier et d’une mère femme au foyer.
Sous le signe du Lion, donc, auquel je crois fermement, et dans l’année du singe, auquel je ne crois pas une seconde, comme le prouve la photo ci-jointe.

A l’âge de 7 ans, j’accompagne mes parents au Cameroun, où je vis jusqu’à ma majorité supposée, 18 ans.

De retour en France, poussé par ma passion pour les animaux, j’intègre une école préparatoire vétérinaire…
que je quitte au bout de deux ans en claquant violemment la porte.

Je retourne en Afrique quelques temps…

De retour en France, poussé par ma passion pour le dessin, j’intègre l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Lyon…
Que je quitte trois ans plus tard, en claquant violemment la porte.

Je retourne en Afrique quelques temps…

Plus tard, mes voyages sur ce continent, mais aussi en Inde, en Amérique latine et ailleurs m’ont amené à m’intéresser à certains des contes qui, traditionnellement, transmettent de génération en génération les us, coutumes, valeurs et morales de peuplades aussi diverses et éloignées les unes des autres que possible.

Probablement nées il y a 2 700 ans, des « Paroles d’Ahiqar », texte araméen d’Assyrie babylonienne, ces contes n’ont cessé depuis de voyager tout autour du monde.
Esope le phrygien s’en inspira dans ses nombreux apologues, dont Phèdre le romain tira, au 1° siècle, ses 5 livres de fables.
Et d’autres sur sa trace, Avanius ou Horace, et aussi Pilpay l’Indien, dans ses « Cinq Livres », rapportés par les Turcs et traduits par les Arabes.
Et puis au Moyen Age, les recueils de Planude, un moine Byzantin du Quatorzième siècle.
Et ainsi, encore et toujours, de bouche à oreille, et de plume en plume, jusqu’à la Renaissance, où Jean de La Fontaine, qui en écrivit 236, devint le maître inégalé du genre, et l’écrivain français le plus connu au monde !

J’ai cru reconnaître, dans ces histoires mille fois répétées, une forme de sagesse universelle et intemporelle, des valeurs communes qui imprègnent les humains du monde entier et de tous les temps.

Sans prétention ethnographique, j’ai voulu transmettre à mon tour, et à ma façon, ces petites histoires à nos enfants et à l’enfant qui sommeille en chaque adulte.
Les transcrire toujours, les ré inventer en partie, afin de les rendre accessibles à notre langue, à notre culture…

En en créer aussi quelques-unes, issues d’autres voyages, que l’on ne fait que dans sa tête…

Le tout sous la forme de fables, afin que le vers et la rime les rythment comme autant de périples autour du monde…